Informations en ligne sur toutes les questions d'orientation

Il y a plus de 20 ans que l'orientation professionnelle, universitaire et de carrière (OPUC) a mis le cap sur l'information 4.0. Au milieu des années 1990, peu après l'ouverture du World Wide Web au grand public en Suisse, le nom de domaine orientation.ch est réservé et le premier site web mis en ligne. Très rapidement, orientation.ch, qui informe en trois langues sur toutes les questions de l'OPUC et dont la gestion est centralisée depuis la création du CSFO, devient le site de référence des cantons.

Histoire à succès du fédéralisme

Le fait qu'orientation.ch soit devenu une plateforme d'information commune à tous les cantons n'était pas prévu à l'origine. Aux débuts d'Internet, chaque canton suit sa propre stratégie. Différents sites cantonaux sont créés, mais, pour des questions de ressources, ils atteignent rapidement leurs limites. Suite à ces premières expériences, il apparaît clairement que, par le biais des médias en ligne, les cantons s'appuient sur les mêmes informations : professions, places d'apprentissage, formations. La crise des places d'apprentissage, au milieu des années 1990, donne au portail l'impulsion nécessaire : la Confédération, en réaction à l'arrêté sur les places d'apprentissage, lance un programme d'investissement pour remédier au déséquilibre entre une importante demande de places d'apprentissage et une offre restreinte.

Cet investissement, qui marque les débuts de la diffusion d'informations sur la formation professionnelle à l'échelle nationale, aura des retombées positives durables. Les cantons, en collaboration avec l'Association suisse pour l'orientation scolaire et professionnelle (ASOSP) et le Centre suisse des technologies de l'information dans l'enseignement (CTIE, aujourd'hui Educa), utilisent les fonds fédéraux pour créer un portail visant à offrir non seulement un service d'information accessible à tous sur Internet, mais aussi un outil pour tous les spécialistes du conseil en orientation.

Le projet ne passe pas inaperçu : en 2006, orientation.ch reçoit le prix " Excellence dans les services publics ", catégorie " Collaboration intercantonale ", grâce à sa large gamme de prestations trilingues. Le jury est impressionné " par la portée nationale du site, une exception dans le domaine de l'orientation professionnelle et de carrière, qui relève de la compétence des cantons ".

De trois sites sous un même toit à un portail unique en trois langues

La première phase d'orientation.ch est marquée par les différentes orientations des régions linguistiques. Alors que les cantons latins misent d'emblée sur la coordination intercantonale et la coopération technique, les cantons alémaniques mettent du temps à adhérer à cette vision. Il faudra attendre 2003 et le tarissement du crédit octroyé par la Confédération (suite à l'arrêté sur les places d'apprentissage) pour que la CDOPU parvienne enfin à définir une solution de financement pour tous les cantons. Trois centres d'opération sont alors coresponsables du site (ASOSP, CIDOSP (Commission de l'Information et de la Documentation en matière d'Orientation Scolaire et Professionnelle) et CTIE).

En 2007, la création du CSFO donne à orientation.ch un point d'ancrage durable. Depuis, la gestion, le financement et la mise en œuvre opérationnelle sont assurés par un seul organe

Développement constant

La plateforme actuelle est le résultat d'une évolution constante. La première version du site, datant de 1996, contient avant tout un carnet d'adresses des offices d'orientation professionnelle. Les bases de données des professions, des places d'apprentissage et des formations font leur apparition dans la deuxième version, lancée en 1998.

La première version du site, datant de 1996

Deuxième version, lancée en 1998


La troisième version du site, mise en ligne en 2004, obtient la même année deux distinctions lors du Swiss Web Award : meilleur site du secteur " Public Affairs " et médaille de la convivialité (Usability).

Jusqu'en 2016, les contenus et les fonctionnalités du site sont sans cesse mis à jour. La base de données des formations continues (BOP) qui faisait l'objet d'une gestion à part, est intégrée au site; en allemand, une rubrique basée sur la collection des cahiers " Chancen " est créée; les informations sur les hautes écoles deviennent un guide des études en ligne; une alerte e-mail pour les places d'apprentissage est mise en place ; un forum permettant de contacter des spécialistes de l'orientation en ligne est ouvert et myOrientation, premier programme interactif de pré-orientation professionnelle, est mis à la disposition des usagers. En parallèle, de nouveaux contenus thématiques sont régulièrement mis en ligne afin de documenter au mieux toutes les questions liées à l'orientation professionnelle, universitaire et de carrière.

La troisième version du site, mise en ligne en 20046


En 2016, le CSFO lance enfin la quatrième version du site. Pour la première fois, le portail est vraiment construit en trois langues, avec une seule structure de navigation et des contenus en grande partie identiques entre l'allemand, le français et l'italien. Autres nouveautés : des informations en romanche sur les métiers de la formation professionnelle initiale et des informations en langues étrangères destinées aux migrants. Par ailleurs les cantons peuvent présenter des contenus spécifiques régionaux, ce qui en fait très concrètement le portail national des cantons. Le site peut être consulté aussi bien depuis un ordinateur que depuis un téléphone ou une tablette.

En 2016, le CSFO lance enfin la quatrième version du site

200 spécialistes mobilisés pour la rédaction

L'équipe du CSFO chargée de l'information en ligne compte huit équivalents temps plein. Elle est chargée du développement technique, de l'assistance, de l'exploitation et de la gestion des contenus. Les contenus sont élaborés en collaboration avec quelque 200 spécialistes de l'information des offices cantonaux. Ils sont continuellement mis à jour. Le portail coûte environ 3,5 millions de francs par an, dont 1,1 million revient aux cantons pour leurs prestations rédactionnelles. Le portail est financé à part égale par les cantons et par la Confédération (Secrétariat d'État à la formation, à la recherche et à l'innovation, SEFRI).

Défi médiatique

Nutzung auf verschiedenen Geräten

La tendance est claire : la recherche d'information ne se fait désormais presque plus qu'en ligne. À l'heure actuelle, le site enregistre en moyenne 400 000 visites par mois, ce chiffre étant à la hausse. D'ailleurs, de plus en plus de personnes ne consultent plus le site que sur leur téléphone.

A l'avenir, le défi consistera à adapter les informations aux habitudes des usagers et à les diffuser largement et gratuitement, dans un marché en ligne qui propose de nouveaux modèles d'affaires à un rythme toujours plus soutenu et qui tire profit de toutes les informations laissées à sa portée.